LA CHARTE DE VERITAS

Ou l’engagement des hommes libres

 

Comité de parrainage : Colonel Antoine ARGOUD – Commandant Michel SAPIN LIGNIERES

Fondé en 1990 par Anne CAZAL, Claude ROUVIERE et Joseph HATTAB-PACHA Président fondateur

Notre mouvement a, pour but essentiel, le rétablissement de la vérité historique sur l’Algérie Française de 1830 à 1962 et dans ses prolongements au-delà de la promulgation de l’indépendance.


Président : Jean-Marie AVELIN

Vice-présidents : Geneviève de TERNANT et Alain ALGUDO

Déléguée Générale : Anne CAZAL

Directrice de publication : Anne CAZAL

Délégué à la Communication et Webmaster : Alain AVELIN

 

Les membres de notre comité directeur, nos administrateurs et nos délégués sont tous des hommes libres et leur combat se fonde sur les réalités historiques et non sur la politique. Ils s’engagent tous à ce que notre liberté ne soit pas la fille livrée à la prostitution des partis politiques, ce qui pourrait restreindre notre action jusqu’au maquillage de la vérité.

 

LES PRINCIPES FONDATEURS

La défense de la vérité ne peut s’entendre sans une totale LIBERTE de pensée et d’action, dans la légalité républicaine, de même que la JUSTICE ne peut se concevoir sans cette même LIBERTE. Que cette liberté s’abreuve aux sources perfides de la politique et c’est la VERITE et la JUSTICE qui mourront d’empoisonnement.

Ces principes essentiels n’ont jamais cessé, et ne cesseront jamais, d’animer les actions entreprises par VERITAS. Ils constituent les fondements principaux de la charte de VERITAS que s’imposent tous nos administrateurs et délégués.

 

STRICT APOLITISME DANS NOS ECRITS ET NOS ACTIONS

Nos actions comme nos écrits se fondent rigoureusement sur les faits historiques réels et non sur la politique. Le Président, les Vice-présidents, la Déléguée Générale, les Administrateurs et les Délégués de VERITAS, dans le combat qu’ils mènent pour faire triompher la vérité sur l’Algérie Française et faire rendre justice aux victimes d’un démentiel abandon, s’interdisent toutes manifestations de leurs convictions personnelles quelles qu’elles soient.

Cette entière LIBERTE à l’égard du Gouvernement et de tous les partis politiques est garante de l’indépendance de VERITAS dans sa lutte permanente pour la justice et la vérité.

 

REFUS DE SUBVENTIONS GENERATRICES D’OBLIGATIONS

VERITAS refuse de recevoir la moindre subvention de la part du Gouvernement ainsi que de quelconques partis politiques ou organisations liées à ceux-ci. Les moyens matériels et financiers de VERITAS résultent exclusivement du bénévolat. Les membres dirigeants, les administrateurs et les délégués de VERITAS agissent, en toute gratuité, animés par la conviction de mener un combat nécessaire, et la foi de le gagner.

Les adhésions annuelles des membres de notre comité, leurs dons personnels et ceux d’associations amies qui approuvent l’action engagée, l’abandon des droits d’auteur de certains de nos écrivains, les sacrifices consentis par beaucoup d’entre nous, sont les seuls moyens financiers dont nous disposons.

VERITAS consacre la totalité de ses finances aux frais de justice des multiples procédures engagées, à l’élaboration, l’impression et la diffusion de notre publication mensuelle distribuée à tous nos adhérents, et à l’envoi gratuit de celle-ci aux les hommes politiques en charge de l’administration du pays.

Les administrateurs et délégués de VERITAS se font un devoir de prendre en charge, à titre personnel, tous les frais de fonctionnement, déplacement et hébergement générés par la lutte incessante qu’ils ont engagé pour RETABLIR LA VERITE HISTORIQUE ET FAIRE RENDRE JUSTICE A TOUS CEUX QUI ONT SOUFFERT ET QUI SONT MORTS A CAUSE DE LEUR AMOUR POUR LA France.

 

DEMARCHE OUVERTE A TOUS LES HOMMES D’HONNEUR

« Si tu veux que ton sillon soit droit, accroche ta charrue aux étoiles » (proverbe arabe)

Les populations de l’Algérie Française, quelle que soit leur vision du monde (et notre pays se composait d’une mosaïque cimentée par la tolérance mutuelle), ont été durement frappées dans leur chair par les abominables sévices subis.

Chacun de nos compatriotes sincèrement épris de vérité et de justice, qu’il soit croyant ou, non croyant, devrait souhaiter, au nom de toutes les victimes de ces abominations, la condamnation de ceux qui les ont commis ou laisser commettre.

Pour l’humaniste, pour l’idéaliste, pour celui qui adhère à une vérité supérieure, philosophique ou morale, il faut que la justice passe et se fasse.

Nous, nous prions Dieu pour qu’il nous aide à faire rendre justice à nos morts : Européens massacrés, jeunes appelés mutilés, Harkis qu’on a désarmés et jetés au couteau des tortionnaires, mais nous Le prions dans toutes les langues, en français, en arabe et en hébreu.
Tous nos frères d’Algérie ont été frappés et le temps peut passer, des montagnes de lâcheté peuvent s’entasser sous la neige glacée de l’indifférence, nous gardons au cœur l’espoir de prouver A NOTRE PATRIE ET AU MONDE ENTIER que ce simulacre d’accords et d’autodétermination qu’on a fait ratifier par les Français de métropole naïfs et abusés, ETAIT UN CRIME !

La justice qui doit être rendue à toutes les victimes innocentes de l’abandon est un devoir de mémoire pour les hommes de cœur qui composent VERITAS, quelles que soient leurs philosophies ou leurs croyances.


OUI, NOUS GARDONS ESPOIR, PARCE QUE NOUS SAVONS QUE DESESPERER,

C’EST TOURNER LE DOS A DIEU !

 

Mercivot

 

Informations supplémentaires