La lettre de Véritas N°190 - Extrait de la page 5 

008

Dans le discours officiel de l’Algérie algérienne, il y a des affirmations politiques, nous les entendons matin et soir depuis le premier jour. La première est que nous ignorons l’arabe parce que le colonialisme nous en a frustrés.

Y croyez-vous ? Moi pas. Ou alors, qu’on m’explique pourquoi ce foutu colonialisme n’a pas agi de même pour nos autres langues ? L’arabe dialectal était enseigné dans les lycées au côté de l’arabe classique et nos langues berbères se pratiquaient au vu et au su de ses gendarmes alors même qu’elles véhiculaient dans leurs chants et poèmes un discours des plus insurrectionnels.

En outre, l’arabe classique s’enseignait tranquillement dans les écoles coraniques et les medersas, et très officiellement dans les lycées appelés franco-musulmans qui, soit dit en passant, et cela est très connu, ont produit de très fins lettrés bilingues. Cela étant, et le monde le sait bien, la guerre de libération a essentiellement emprunté à la langue française et à son incomparable essence révolutionnaire pour construire ses plans, véhiculer ses idées, internationaliser sa cause.

La fameuse proclamation du 1er novembre 1954, de même que la charte de la Soummam ont été rédigées en un français que ne désapprouverait pas l’Académie Française, encore moins maintenant que notre compatriote Assia Djebbar y siège de plein droit. Notre grand écrivain, Kateb Yacine, qui n’avait pas la langue dans sa poche, a résumé son élégante pensée en une phrase : « Le Français est à nous, c’est un butin de guerre. ».

La deuxième information est que le colonialisme a nié notre identité et nos origines. Là, c’est vrai : « Nos ancêtres, les Gaulois » était d’un ridicule accompli. Ce n’est même pas valable en France où un Français sur deux a un Pépé ou une Mémé d’origine étrangère, quand ce n’est pas toute la famille... /...

                                                                     boualem sansal

 

lumieres 

 

005 Copie2

barre horizontale 55

Adhérez à la Lettre de Veritas : cliquez ici.
Puis imprimez le bulletin d'Adhésion à remplir et à retourner à :
Comité VERITAS - B.P. 21 - 31620 FRONTON.

Pensez à joindre votre chèque de 40 euros (minimum) avec votre adhésion - Merci.

Membre : 40 euros
Membre de soutien : 50 euros
Membre bienfaiteur : 70 euros et plus

 

Mercivot

AFIN DE MENER JUSQU'AU BOUT, CE COMBAT QUI EST LE "NOTRE"

barre horizontale 55

 

Mercipourvotresoutien

 

barre horizontale 55

027

 Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Informations supplémentaires