La lettre de Veritas N°190 - Extrait de la page 2 et page 3

02

Cette phrase célèbre, cette phrase historique rappellera-t-elle un souvenir précis à chacun d’entre vous ? Peut-être à certains, mais pas à tous… Il faudrait peut-être y ajouter : « Ici Londres… » pour pouvoir raconter des fariboles aux Français… Vous y êtes ? C’est très bien. Mais, aujourd’hui, j’ai envie de vous dire autre chose… Car je sais, par expérience, qu’au pays du MENSONGE D’ÉTAT, aucun micro complaisant ne s’ouvrira pour moi, mais j’ai tout de même envie de livrer, aux dizaines de milliers de personnes qui lisent notre lettre, ce message qu’il devient impératif de diffuser avant que la dénaturation de l’Histoire ne plonge la France dans des épreuves si cruelles qu’elle ne s’en relèvera pas : « Ici l’Algérie française, les Français d’Algérie et leurs enfants, dont je m’honore de faire partie, parlent aux Français de France et les avertissent du châtiment qui frappera bientôt le pays des lumières car celles-ci ont commencé a régresser, et vont s’éteindre, inéluctablement, sous la pression de personnes étrangères et hostiles, chargées de ministères d’État Français, qu’elles vont totalement dénaturer, si vous ne réagissez pas !… »

Sans vouloir revenir sur la conquête de cette terre qui ne s’appelait pas encore Algérie, il nous faut tout de même en préciser le pourquoi et le comment : Les déclarations catastrophiques et ô combien préjudiciables de M. MACRON en Algérie ne prouvent qu’une évidence : ce candidat à la présidence de la République Française, en crachant ainsi sur la France en pays désormais étranger, ne prouve que son désir d’être élu par n’importe quel moyen, ne fusse que par les binationaux, hérésie qui pullule dans notre pays. Dieu nous en préserve !

Mais, cependant, il faut avouer que, depuis que le mensonge règne en Maître sur la France, trop de dénaturations courent encore sur les raisons qui ont incité la France à envahir ce pays, depuis une histoire de gros sous ponctuée par un « coup d’éventail » jusqu’à la diversion aux difficultés internes de notre pays qui aurait été imaginée par Charles X.

Ainsi Bourmont aurait débarqué, en 1830, à Sidi Ferruch, suivant le plan établi par Napoléon Bonaparte, uniquement pour laver l’affront fait à notre Ambassadeur, humiliation qui, aux yeux de l’Histoire, n’aurait dû être qu’un incident diplomatique sans grande importance…

En réalité, la France a été acculée à l’intervention d’Alger pour mettre un terme à la piraterie qui faisait de la Méditerranée l’objet de tous les dangers et, du même coup, mettre un terme à l’esclavage blanc – et surtout à la traite des blanches – dont le plus grand marché se trouvait dans en ces lieux. Il s’agissait de mettre fin à des agissements cruels et iniques, dignes survivances d’une barbarie sauvage qui révoltait le concert des nations européennes.

En ces régions lointaines et mystérieuses, la France a-t-elle trouvé un pays de cocagne aux richesses fabuleuses dont elle s’est emparée ? Tout au contraire, nos soldats ont découvert une région pauvre, malsaine, infectée et désertique, pressurée par les occupants turcs, soumise aux pillages continus des janissaires, déchirée par des luttes tribales permanentes, plongée dans une misère et une stagnation moyenâgeuses indescriptibles, entre déserts et marécages pestilentiels.

Les richesses et les ressources, il a fallu les découvrir et les créer ; les populations, il a fallu les éduquer et les instruire. La France a intégralement construit ce pays qui n’existait pas avant elle… Quand on pense que nous vivons à une époque où l’on peut transmettre les faits, les pensées et la vérité instantanément sur les fils ou sur les ondes, force nous est de constater que les Français qui ont construit un pays, le plus moderne et le plus productif, avant que le mensonge d’État français utilise à leur encontre toutes les ficelles de la falsification et de la contrevérité pour les reléguer au temps des lampes à huile, afin que jamais ne puisse transparaître la réalité de l’œuvre magistrale qu’ils avaient accomplie en Algérie et pour laquelle ils auraient mérité d’être honorés !

Depuis plus de quarante ans on essaie de cacher au peuple français le premier des crimes de « l’homme du 18 juin » qui, appelé au pouvoir pour sauver l’Algérie française et toutes ses populations, a préféré délibérément sacrifier ce morceau de France pour gagner l’amitié des leaders pan-arabes qui, de l’extérieur, ont fomenté une rébellion qui n’était pas celle du peuple.

En France, on s’est repris à deux fois pour faire de cet homme là une idole… La fausse idole d’une libération accomplie par les Américains, d’une part et l’Armée d’Afrique de l’autre. Tandis que De gaulle pérorait aux micros de Londres, des soldats français, venus de nos départements français d’Algérie, se faisaient trouer la peau pour délivrer la France ! Et pas seulement des « petits blancs » d’origine européenne. Beaucoup de ces soldats s’appelaient Mohamed ou Kader, mais ils se sont conduits en patriotes et en héros parce que, depuis des générations, on leur avait dit que la France était leur Mère-Patrie et cette mère-là, ils l’aimaient !  .../...

JM AVELIN

 

 

26 mars 

 

005 Copie2

barre horizontale 55

 

.../...Pour lire l'intégralité de cet article, adhérez à la Lettre de Veritas : cliquez ici.
Puis imprimez le bulletin d'Adhésion à remplir et à retourner à :
Comité VERITAS - B.P. 21 - 31620 FRONTON.

Pensez à joindre votre chèque de 40 euros (minimum) avec votre adhésion - Merci.

Membre : 40 euros
Membre de soutien : 50 euros
Membre bienfaiteur : 70 euros et plus

 barre horizontale 55

Mercivot

AFIN DE MENER JUSQU'AU BOUT, CE COMBAT QUI EST LE "NOTRE"

barre horizontale 55

 

027

Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Informations supplémentaires