La lettre de Veritas N°191 - Extrait de la page 2 et page 3

Projet1

 

Voilà donc désigné le « nouveau » Président de la République française, un homme neuf, extraordinaire prestidigitateur, sortant de ses poches une politique nouvelle dans le but de satisfaire toutes les revendications des Français !

Il est à noter, en premier lieu, que cet homme-là a été élu, je devrais même dire plébiscité, à la plus forte majorité dans l’élection présidentielle, laquelle a pu être atteinte uniquement parce que les électeurs ont mélangé les genres, qu’ils aient été de droite, du centre, de la gauche et de l’extrême gauche…

Et ce « nouveau » Président de la République, avait déjà fait ses preuves dont nous constatons les effets, lorsqu’il affirmait, à nos compatriotes outrés par ses propos tenus en Algérie avant son élection, nous apporter, sur un plateau, une politique nouvelle, orientée selon les désirs de tous, qu’il débuta en leur déclarant : « Je vous ai compris… ».

Ne croyez pas, Chers Amis, que je nourrisse un quelconque parti pris contre M. Macron, ni, encore moins, contre le tout nouveau Premier Ministre, M. Philippe et les membres de son Gouvernement, puisque, ce regroupement cosmopolite est encore loin d’avoir fait ses premières preuves, mais, hélas, la phrase prononcée par le « nouveau » Président de la République nous ramène, malheureusement, cinquante-cinq ans en arrière car, Chers Français d’Algérie, vous l’avez tous entendue dans la bouche d’un traître et d’un parjure : Charles De Gaulle.

En quelques citations très brèves, observons le cheminement de la pensée tortueuse de celui qui, en 1958, affirmait déjà vous avoir « compris » :

  • En mai 1958 : « Vive l’Algérie française Une seule France de Dunkerque à Tamanrasset… »
  • En octobre 1958 : « 55 millions de citoyens, de la France et de l’Algérie, ont librement ratifié de nouvelles institutions… Quelle hécatombe connaîtrait l’Algérie si nous étions assez stupides et assez lâches pour l’abandonner… »
  • En septembre 1959 : « Trois solutions sont offertes aux Algériens : la francisation, l’association ou le gouvernement des Algériens par les Algériens … Traiter avec des meneurs ambitieux, résolus à établir par la force et la terreur leur dictature totalitaire, il n’y a aucune chance pour que la France se prête à un pareil arbitraire »
  • En janvier 1960 : « Français d’Algérie, comment pouvez-vous croire que De Gaulle et la France veulent vous abandonner à la rébellion ? Rien ne causerait plus de joie à De Gaulle et à la France que de voir les musulmans choisir la solution la plus française… »
  • En avril 1961 : « La France considérerait, avec le plus grand sang-froid, une solution telle que l’A1gérie cessât d’appartenir à son domaine… »
  • En mars 1962 : « La conclusion du cessez-le-feu en Algérie et les dispositions adoptées satisfont la raison de la France »
  • En septembre 1962 : (message à Ben Bella) « Cette indépendance, nous l’avons voulue et aidée »

Voilà pourquoi les Français d’Algérie, et leurs descendants dont je suis, ne peuvent admettre ce second « je vous ai compris », pas plus que nous ne pouvons admettre que, au second millénaire, on ose encore se référer au gaullisme ! Il faut vraiment n’avoir ni conscience, ni personnalité, pour se réclamer, aujourd’hui encore, comme le font presque tous nos politiciens, de cet homme du passé, un passé rétrograde et sanglant, qui a entraîné la France et l’Algérie dans la régression, la décadence et le chaos que la France vit aujourd’hui.../....

JM AVELIN

 

 


 

 

005 Copie2

barre horizontale 55

15 

.../...Pour lire l'intégralité de cet article, adhérez à la Lettre de Veritas : cliquez ici.
Puis imprimez le bulletin d'Adhésion à remplir et à retourner à :
Comité VERITAS - B.P. 21 - 31620 FRONTON.

Pensez à joindre votre chèque de 40 euros (minimum) avec votre adhésion - Merci.

Membre : 40 euros
Membre de soutien : 50 euros
Membre bienfaiteur : 70 euros et plus

 barre horizontale 55

Mercivot

AFIN DE MENER JUSQU'AU BOUT, CE COMBAT QUI EST LE "NOTRE"

barre horizontale 55

 

027

Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Informations supplémentaires