button bulletin dadhesion 2 

 

Pour éditer votre bulletin d'adhésion cliquez droit sur l'image :
"enregistrer l'image sous" puis enregistrez-là sur votre ordinateur.

Après cela,  ouvrez l'image et cliquez sur "Imprimer".
Vous pourrez alors remplir votre bulletin d'Adhésion.

 

Adhesion 2018

 

DEUX ÉTATS SOUVERAINS ???

Il ne se passe pas de semaine sans que VERITAS envoie une lettre de protestation à tel ou tel Ministre, Sénateur ou Député auquel on a enseigné l’Histoire contemporaine selon l’évangile gaullo-FLN et qui répondent – quand ils daignent le faire – de telles âneries que nous explosons à nouveau, et que nos protestations sont immédiatement étouffées par…la poubelle …

Un Député Maire du Centre auprès duquel nous avions protesté, il y a quelques années, sur un discours historiquement inexact, nous a répondu : « Les accords d’Evian méritent d’être honorés par la France car il s’agit d’une prise de position pour la paix, conclue entre deux États souverains qui doit rester dans l’Histoire comme une des plus grandes gloires de la France » ! C’est ce qu’imaginent les « érudits » du 21ème siècle qui, hélas, ne connaissent rien à l’Histoire de leur propre pays !!!

ET voilà le résultat d’un demi siècle de mensonges, de falsifications qui ont égaré même des hommes de bon sens, qui ont fait prendre aux Français des vessies pour des lanternes, et qui poussent, aujourd’hui, le plus sérieusement du monde, des hommes politiques à argumenter sur la validité d’accords entre « États souverains » en évoquant ce qui n’a jamais été qu’une simple conclusion de pourparlers, signée par trois représentants du Gouvernement Français et le seul Krim Belkacem, d’ailleurs désavoué par le FLN avant même que l’encre de sa signature ne soit sèche !

Nul ne réalise, aujourd’hui, le mal qu’a pu faire, non pas ce chiffon de papier, mais l’usage que les Présidents de la République française qui se sont succédés ont voulu en faire… La décolonisation de l’Algérie a provincialisé la France et réduit notre pays à un moignon ! N’importe quel analyste sensé pourrait démontrer que cet abandon de la plus grande partie de notre territoire national au nom de la décolonisation était loin de correspondre à une irrésistible poussée d’émancipation humaine comme on a voulu le faire croire à des nationaux trop crédules qui ont avalé la pilule !

Pour avoir usé d’un tel stratagème, c’est dire à quel point l’Etat Français, lui-même, doutait de la mystification ainsi mise en place aux yeux du peuple métropolitain et à ceux de l’opinion internationale ! Et c’est pour cela que, dès le lendemain, De gaulle adressa un message à l’Assemblée Nationale indiquant qu’un référendum aurait lieu le 8 avril 1962 pour ratifier… Quoi, en somme ? Un traité de paix entre deux Nations ? Certainement pas, à l’époque, la fabulation n’a tout de même pas atteint ce stade ! On savait tout de même que l’Algérie était composée de départements français depuis plus longtemps que Nice ou la Savoie.

Alors de quoi s’agissait-il ? Tout simplement de la sécession de quinze départements français en violation des articles 2-5-72 et 89 de la Constitution française, mais ce qu’on a caché soigneusement aux Français, c’est qu’on violait la Constitution et que le Conseil d’Etat avait émis un avis défavorable sur ce référendum…

On leur a dissimulé bien d’autres vérités car si l’Algérie n’a jamais reconnu ces prétendus « désaccords déviants » qu’elle n’avait pas signés, la France, elle, n’a jamais été capable de faire respecter ce qu’elle avait pourtant signé et fait ratifier, frauduleusement, par la population française !

VOULEZ-VOUS LA PREUVE DES ENGAGEMENTS PRIS PAR LA FRANCE ET NON TENUS :

1°) Des droits et libertés des personnes et de leurs garanties :

  • Dispositions concernant les citoyens français: Afin d’assurer, pendant un délai de trois années, aux nationaux français exerçant les droits civiques algériens et à l’issue de ce délai de façon permanente aux Algériens de statut civil français, la protection de leur personne et de leurs biens et leur participation régulière à la vie de l’Algérie, les mesures suivantes sont prévues : Ils auront une juste et authentique participation aux affaires publiques. Dans les assemblées, leur représentation devra correspondre à leur importance effective. Leurs droits de propriété seront respectés. Aucune mesure de dépossession ne sera prise à leur encontre sans l’octroi d’une indemnité équitable préalablement fixée.

  2°) De la sécurité des personnes :

Nul ne peut être inquiété, recherché, poursuivi, condamné, ni faire l’objet de décision pénale, de sanction disciplinaire ou de discrimination quelconque, en raison d’actes commis en relation avec les événements politiques survenus en Algérie avant le jour de la proclamation du cessez-le-feu.

3°) Des biens et intérêts des ressortissants français:

  • Aucune mesure arbitraire ou discriminatoire ne sera prise à l’encontre des biens, intérêts et droits acquis par des ressortissants français. Nul ne peut être privé de ses droits sans une indemnité équitable et préalablement fixée.
  • Le statut personnel y compris le régime successoral des ressortissants français sera régi par la loi française.

LEQUEL DE CES ENGAGEMENTS A ÉTÉ TENU A CE JOUR : AUCUN !

Quand on connaît le nombre de morts français après le prétendu cessez-le-feu d’Evian, on est tenté de craindre que cette mascarade à laquelle on a fait participer le peuple de France ait placé notre pays, à jamais, en état de péché mortel comme le disait justement le Maréchal Juin.

Dieu fasse que le sang des CENT SOIXANTE QUINZE MILLE morts français après le soi-disant cessez-le-feu ne retombe pas sur notre pauvre Patrie salie et trompée qui a approuvé, puis supporté, passivement, qu’un Chef d’Etat indigne commette l’irréparable en son nom !

Hélas, pendant que la France s’appauvrissait, se rapetissait, se recroquevillait, qu’a fait, jusqu’à ce jour, l’Etat algérien ? Ses dirigeants ont vite compris que le pouvoir politique leur permettait de puiser à leur aise dans leur nouveau pays et avides de cupidité, ils se sont d’abord entretués, avant de d’instaurer une République bananière dont les dirigeants successifs n’ont pu, évidemment, rien réaliser de positif et de bénéfique pour d’autres qu’eux-mêmes…

Et voilà comment, en 1962, les deux « États souverains » France et Algérie s’étant auto-ravalées au niveau d’un peuple qu’on bâillonne et d’un chef qui incarne l’Etat à lui tout seul, ont ramené, par une infâme supercherie, la démocratie à un régime de Bas-Empire dans lequel les acclamations du Cirque tenaient lieu d’arguments !

Donc, nous entendons réclamer à la France l’indemnisation des biens fonciers, arbitrairement déclarés « vacants » par l’Algérie et arbitrairement déclarés « biens vacants » alors que les ressortissants français étaient poursuivis, traqués et massacrés par l’Algérie, et que la France, bien que gardienne des dossiers et des titres de propriété de ses ressortissants, n’a jamais indemnisé ceux-ci sur

les biens qui, PAR LA FAUTE DE PRÉTENDUS ACCORDS INEXISTANTS, leur ont ÉtÉ VOLÉS !

 

barre horizontale 55

Ce qu'il faut savoir sur votre adhésion :

La loi actuelle, nous oblige à dissocier votre adhésion au Comité Veritas, de votre abonnement à la Lettre de Veritas.

L' adhésion à VERITAS ne peut se faire qu'avec l'abonnement à "la Lettre de VERITAS" et vice-versa.

TROIS FORMULES VOUS SONT PROPOSÉES

Adhésion simple = 16 + 24 soit 40 euros

Adhésion de soutien = 26 + 24 soit 50 euros

Adhésion de bienfaiteur = 46 (et plus) + 24 soit 70 euros (et plus)

barre horizontale 55

 

Mercipourvotresoutien

 

00002

Alain AVELIN
Délégué à la communication

 Webmaster

Informations supplémentaires